Critweets La critique dont vous êtes le héros.

Les critiques, c’est souvent du pareil au même. Un résumé, un avis plus ou moins objectif, une conclusion et une note. Simple et efficace dans la plupart des cas, perso, ça me rappelle un peu trop les dissertations que l’on a du subir pendant notre parcours scolaire. C’est pour cela qu’aujourd’hui je vous propose un autre angle d’attaque. Je vous invite à être acteur de mes critiques. Tweetez sur vos épisodes regardés et qui sait, vous serez peut être le héros indirect de vos séries préférées !

Premier épisode à passer à l’épreuve de vos tweets, parfois sans concession, sera le pilote de la nouvelle série de NBC, The Blacklist.

Blacklist

On ne peut pas déroger à l »étape synopsis, donc allons-y (Alonso). Raymond « Red » Reddington est un des criminels les plus recherchés aux USA. Un jour, il débarque dans les Headquarters du FBI pour se rendre. Il fait vite comprendre aux agents interloqués qu »il est là pour aider les Feds qui galèrent à trouver un de ses petit ancien camarade de jeu. Sa seule condition: il ne parlera qu »à Elizabeth Keen. Cette demoiselle est une rookie qui vient de finir Quantico et qui commence le même jour sa carrière de profiler. A la fin de l »épisode, on (et le FBI par la même occasion) comprend que ce n »était pas un one-« night »-stand et que ce cher « Red » a en poche une Blacklist et qu »il veut tous les faire tomber avec lui.

C »est là que vous, chers membres de la Twittosphère, commencez à prendre le contrôle.

 

Je pense que Floyd résume assez bien les impressions que l »on peut avoir à la fin de ce pilot. Red est un personnage totalement intriguant. Les autres beaucoup moins, Keen est autant à la ramasse que nous dans cette épisode (pareil pour le FBI). C »est bien Red, le criminel, qui tire les ficelles.

 

Ah merci Damien, tu me permets de rebondir sur un autre élément de la série: le fameux duo entre Red et Keen. Qu »elle le veuille ou non, la profiler va devoir faire équipe avec Red, qui semble en connaitre énormément sur son passé (contrairement à elle). Et c »est là que l »on tient le ressort dramatique et attractif de la série. Pourquoi il l »a choisi elle, pourquoi sait-il autant de choses à son sujet ? J »ai pu lire par ci par là qu »il était peut être son père, criminel qu »elle n »a jamais vraiment connu … J »espère réellement que les showrunners ont eu plus d »imagination qu »un enfant de 8 ans, car ça serait prévisible au possible et clairement une déception pour ma part !

 

C »est clairement Spader qui porte la série pour le moment. Mais comme le dit Sam, Boone, si on laisse son personnage s »épanouir et non pas n »être que la marionnette de Red, a du potentiel et peut apporter de la fraicheur à une série pleine de tension. Bon, selon moi, face à Spader, on peut pas faire grand chose à moins d »être une très bonne actrice ! Enfin, je ne suis pas objective, je l »ai adoré dans son rôle d »Alan Shore (Boston Legal). Comme je ne connais pas l »actrice, je vais lui laisser quelques épisodes pour s »ajuster à la carrure de James Spader !

Il faut espèrer que ce duo fonctionne vraiment sur le long terme car comme le dit Mathieu, les codes du genre sont là et parfois pas tellement de surprises.

 

Parce que sérieusement, cette histoire d »enlèvement et surtout les raisons, le motif, ça se voyait venir à des kilomètres. Mais c »est ça qui me conforte dans le fait que les scénaristes ont surement préféré mettre le paquet sur l »intrigue entre les deux personnages principaux que sur les enquêtes en elle-mêmes qui n »apportent rien de nouveau au genre !

 

Pierre a pointé du doigt ma plus grande peur pour cette série: que cela ne devienne que du stand alone et que l »on oublie peu à peu l »intrigue entourant la relation entre Red et Keen. J »ai eu cet effet pour Person of Interest personnellement. Au départ, l »idée était géniale mais la machine de Finch n »est devenu qu »un prétexte dans certains épisodes et on s »est éloigné de ce qui m »intéressait vraiment au départ.

 

Pas de déception a proprement parlé sur ce pilot et plutôt que des bonnes promesses au contraire. Je n »aime pas la langue de bois donc ne croyez pas que je ne veux pas me mouiller mais cette série fait partie de celle où il  faut attendre trois ou quatre épisodes de plus pour avoir un avis un peu plus tranché dessus. Je vous laisse donc vous faire votre propre avis dessus, n »hésitez pas à tweeter, à commenter ! Comme pour les Frères en Noir, ma garde ne s »arrête jamais !

Je laisse le mot de la fin à ladyteruki:

 

Elvire.