Le second numéro avait été une excellente surprise, retrouvant le rythme épique des épisodes mythologiques. Mixant avec bonheur mythologie de la fin de la série avec des nouveaux éléments, la saison 10 gravit un nouvel échelon : celui du WTF.

X-Files saison 10

Ce numéro 3 est un cran en dessous du second si ce n’est pas plus. ON est en face d’un numéro qui frôle avec le n’importe quoi. Les Acolytes et le Deacon se révèlent être des sous Jedis. Ni métamorphes, ni aliens, ni… en fait on ne sait pas.
Dans le n’importe quoi, citons donc le retour de L’Homme à la cigarette qui débarque dans la voiture de Mulder et c’est autour d’un café que les deux hommes vont se retrouver. Si la référence à leur dernière rencontre (dans l’ultime épisode) est mentionné, rien n’explique le retour du CSM en santé… jusqu’à une scène où il semble mal en point.

Première planche du numéro ©IDW

Première planche du numéro
©IDW

[toggle_box title= »Cliquez pour les spoilers » width= »Width of toggle box »]On parlait crédibilité dans le précédent article mais c’est vrai que là, ce numéro tire encore la limite plus loin. Commençons par le début, Reyes réapparaît et fait juste coucou. Après Doggett dans le précédent, c’est au tour de cet agent d’être victime des Acolytes. Où nous trouvons-nous ? Dans un désir de fan-service, de nostalgie préventive ou tout simplement de scénarios voulant à tout prix jouer le fourre-tout ?
Dans le même temps, on se débarrasse des parents adoptifs de William. On rajoute une couche de catastrophe assez mal venue. Déjà ramener William sur le devant del a scène était une idée saugrenue mais néanmoins nécessaire pour beaucoup, mais là on arrive à un point surdramatique qui me déplait.

Revenons à Mulder et le CSM. Mulder réagit étrangement face à CSM et ce dernier lui assène… une gifle ! Hum… j’aurais peut-être cru à cette scène du temps de Redux mais là on est clairement dans un monde parallèle, une autre époque. Mulder ne réagit pas !
Le CSM s’en va en laissant à Mulder une boite qui contient… le stylet pour tuer les clones au sang vert… sang vert que Skinner retrouve dans une ambulance accidentée qui devait transporter du sang. Ouch, les éléments se cumulent, le rythme est là mais on est tenté de ne plus croire à tout ça dès que les Acolytes arrivent et que le Deacon utilise des pouvoirs dignes des Jedis pour les repousser.

[/toggle_box]

On reparle magnétite au détour d’une scène en tentant de faire passer l’histoire pour un tout cohérent. Certes on sent un désir de mythologie précise mais l’exécution l’est moins. Ce numéro parait partir dans tous les sens alors que l’histoire est finalement assez simpliste. Cependant, la tonne d’éléments qui essaye de se mettre en place rend le tout vraiment fouilli. Petit rappel sur le dessin qui parait encore plus grossier dans ce numéro…
Il ne reste que deux épisodes pour tenter de rendre l’histoire stable et cohérente. Il ne suffit pas de faire réapparaître les figures marquantes de la série pour rendre le comics suffisament bon. Franchement, je m’attends à ce que le Deacon soit Krycek… ou Spender.

La suite le mois prochain !