Seconde suite du grand succès de 2009, Very Bad Trip 3 subit de mauvais retours outre-atlantique et un démarrage en deça du second niveau billets verts. Est-ce mérité ?

Oubliez le concept de gueule de bois qui avait donné au film ces lettres de noblesse. Le concept est ici totalement évité. On reprend simplement les personnages et on les embarque dans une course poursuite et chasse à l’homme au rythme infernal.

On peut le dire, on ne s’ennuie pas dans Very Bad Trip 3, les scènes sont bien cadencées, les acteurs font le boulot et les délires s’enchainent. Phil, Stu et Alan doivent retrouver Chow qui a volé la moitié de l’or d’un malfrat incarné par l’impeccable John Goodman. Doug est, lui, toujours l’otage de service. Le film part plutôt dans une bonne direction.

Very Bad Trip

©Warner Bros

Les producteurs et scénaristes ont bien compris qu’Alan et Chow étaient les porte-étendards de l’humour survolté de The Hangover. A ce titre, ils sont la cible de toutes les scènes comiques. Dès que cela concerne d’autres personnages, tout tombe à plat. La scène de Stu chez le pharmacien est totalement inutile, Phil ne joue qu’avec son regard désespéré par les situations. Tout le capital comique est donc recentré sur les deux personnages Alan et Chow. Les acteurs sont totalement habités par leurs personnages. Evidemment il faut adhérer à leur personnalité et univers qui n’évolue pas vraiment entre l’idiotie d’Alan et la psychopathie de Chow.

Le script de Very Bad Trip part plutôt bien avec une scène assez longue qui introduit tous les enjeux de cette suite. L’histoire part joliment en vrille avec un quiproquo bien trouvé. Reste que les petites erreurs viennent un peu  gêner l’appréciation du film comme par exemple la scène du sous-sol où le WolfPack se retrouve coincé alors qu’un petit marteau aurait pu les sortir de là sans problème. Bref, on est dans une comédie survolté et elle est plutôt bien sentie, reléguant le 2 comme un remake un poil moins réussi que le premier.

Sans gueule de bois (ou presque…), sans les photos à la fin (il y avait pourtant de quoi faire avec l’appareil photo d’Alan), Very Bad Trip 3 réussit le passage à la comédie de potes. C’est une vraie suite barrée visant les fans absolus de Chow et Alan. Oubliez les gros gags, les grosses poilades, ici on est là pour rire de personnages, pas de situations.