Camille vit la rupture de sa vie. Son homme, Eric, s’en va et la laisse seule à l’approche du nouvel An. Entourée de ses amies le soir du réveillon, elle s’oublie dans l’alcool. En se réveillant, elle a de nouveau 16 ans. Sa mère est vivante, elle n’a pas encore rencontré l’homme de sa vie et elle va devoir  revivre son adolescence avec ses choix, ses doutes.

Le retour dans le temps a toujours été un thème intéressant mais qui tombe souvent dans la redite quand on utilise ce prétexte pour faire revivre au héros une partie de son passé. Le héros est souvent devant le fait accompli, tente de réparer les erreurs du passé mais tout finit bien et la morale est sauve.

Pour Camille Redouble c’est à peu près pareil mais le spectateur sait qu’être en terrain conquis peut lui réserver des surprises. Nous sommes dans un film français, peut-on aller dans l’originalité de ce propos fantastique ?
En fait le film s’articule non pas sur les choix à faire mais sur la manière de les faire. Camille ne changera pas le passé, elle changera juste sa manière d’appréhender les évènements. Elle ne tentera pas de changer sa vie mais simplement ses souvenirs à travers une belle scène où elle souhaite garder en mémoire une partie de sa mère (bluffante Yolande Moreau) décédée trop tôt.

Côté amoureux, elle jouera avec le feu en tournant autour d’Eric et tentera de renouer avec la fougue des premiers émois tout en gardant une certaine distance sur l’issue fatale.

Camille-redouble-No-mie-Lvovsky-gauche-

©F comme Film

 

Humour, drame, émotion, tout est dosé et le film baigne dans une ambiance nostalgique et ne penche jamais vers la franche comédie ou le drame profond.

La morale Proustienne du film se permet donc de jouer des clichés, l’héroïne revit son passé et subit plus qu’elle n’agit du moins au fil du scénario. L’actrice principale et réalisatrice, Noémie Lvovsky, campe une Camille quelque peu rêveuse. Le casting féminin est parfait. Ses copines sont d’une justesse appréciable. Le gros défaut du film est cette erreur de casting en la personne d’Eric qui n’a clairement rien d’attirant en tant que personnage physique et mental.

Camille Redouble se termine sur une note douce-amère qui conclura une jolie fable. Ce n’est clairement pas le film de l’année et ne mérite pas autant d’éloges et de nominations mais il a le mérite de proposer une certaine fraicheur dans le cinéma français.