Tessa (Dakota Fanning) apprend à 13 ans, qu’elle a une leucémie. 4 ans plus tard, souhaitant arrêter son traitement, elle vit désormais avec la mort en ligne de mire. Son amie Zoey (la trop rare Kaya Scodelario, Skins) ne lui conseille rien si ce n’est de faire ce qu’elle veut vraiment faire.

Partant sur le principe d’une bucket list, Tessa va donc vivre ses derniers instants en se posant les bonnes questions avant d’agir. Derrière une fragilité certaine, Tessa n’arrive pas à franchir le pas sur certaines choses. Pourtant, elle prend des drogues, vole dans les magasins mais la barrière de l’intime la freine.

 Now Is Good touche en parlant de bonnes choses mais aussi de ces petites choses qui font les grands souvenirs. Malheureusement, le souci premier du film est de survoler certains pans du scénario. On ne voit que rarement Tessa expérimenter. On ne la voit pas tester les drogues, voir le coucher de soleil ou d’autres choses qui auraient pu donner un cachet au film et qui sont inscrites sur sa liste (que l’on ne voit que trop rarement). Ce manquement craquelle le récit de minis défauts qui vont tendre le film vers le bas. Pourtant il part de très haut. Dès le début, on montre la maladie comme quelque chose de fataliste, on en rit, on en vit mais aucunement on en souffre. C’est par la suite que la souffrance va peu à peu se dévoiler et le film va à nouveau montrer de grandes forces. Les forces annihilent les défauts et ce sont ces premières qui vont avoir le dernier mot. Le générique du film très coloré, inspiré du cartoon tranche admirablement avec le propos du métrage.

nig

©BBC Films

Now Is Good parle d’une adolescente qui ne croit pas en la mort mais plutôt à la durée de la vie qui s’écourte. On ressent de plus en plus fortement ce sentiment. Le film effleure vraiment le thème de la mort sauf à travers le regard des hommes. Son père, son frère et son petit ami dévoilent par morceaux de dialogues des thématiques fortes, le père, perdu dans son rôle d’autorité s’ouvre à sa fille en toute fin de métrage, son frère apporte des petites touches d’humour noir très bien trouvées et son petit ami se demande si l’amour temporaire vaut le coup.

Dans les dernières minutes, le film s’envole dans une pertinence proche de celle de Lovely Bones avec ces derniers mots d’une puissance folle qui fera réfléchir chacun d’entre nous.

Now Is Good est un petit film britannique simple, beau, quelques fois grave, nullement pénible. Dakota Fanning s’en sort honorablement. Une belle réussite qui aurait mérité un scénario un peu plus fouillé.