Tout est si facile dans Californication. On s’enregistre sur GrindR en dix secondes et un mec vient de suite se présenter.

Tout est si facile dans Californication. On peut sortir de son centre de désintox sans être surveillé.

Runkle a son premier rendez-vous avec son acteur gay et il va bien comprendre que c’est un monde à part. Les scénaristes n’y vont pas par quatre chemins et propose tous les clichés des homos. La seule idée à retenir  était Runkle regardant un porno gay pour savoir si ça lui faisait de l’effet. Le reste est assez téléphoné et n’est pas encore très intéressant.

Du côté de Hank, il accompagne Faith à l’enterrement de son ex amant rockeur mort dans son lit. Comme toujours quand des évènements comme ça arrivent, les imprévus sont légion. Hank se fait blowjober par la veuve qui reconnait ensuite Faith et elles s’empoignent devant une foute  rock n’ roll donc acceptant tous les dérapages. Atticus Fetch fait parti des proches du défunt et reconnait Hank. Une nouvelle fois, Atticus souhaite une reconnaissance de Hank mais elle n’arrivera jamais. Atticus est fan de Hank, la réciproque n’est toujours pas vraie.

La fête post-enterrement se passe chez Fetch et Hank et Faith ont un petit moment ensemble qui se termine par une belle vue sur le fessier de cette chère Maggie Grace (Lost) qui plonge dans la piscine. Fetch arrive et propose une orgie drogue, alcool, filles à Hank qui n’hésite pas une seconde.

Le lendemain, Karen débute son nouveau travail chez… Atticus Fetch ! Bravo les coïncidences pour amener du piquant dns les intrigues. Elle retrouve Hank endormi par terre entre deux filles nues…

L’épisode est écrit avec des truelles mais il prépare encore le terrain pour une poignée de bons épisodes comme on a l’habitude depuis deux voires trois saisons. Par contre, la patience du spectateur, elle, est de moins en moins là.