The Impossible est tirée d’une histoire vraie, celle de la famille Belon qui, en 2004, a survécu au tsunami asiatique. Séparée par la vague, la famille s’est finalement retrouvée après plusieurs jours de recherche. Pour faire plus glamour, le réalisateur du très bien accueilli L’Orphelinat a choisi Ewan McGregor et Naomi Watts.

Mais le glamour fait vite place à l’horreur de la catastrophe et c’est défraîchie que Naomi Watts déambulera parmi la nature dévastée. Le film ne prend pas le temps de présenter les personnages, on entre de suite dans l’histoire. Henry et Maria passent leurs vacances en Thaïlande pour Noël. Nous sommes le 24 décembre. Le 26 décembre 2004, alors qu’ils sont autour de la piscine, la nature semble se réveiller. Une vague de plusieurs mètres vient s’abattre sur leur hôtel.

Inutile de faire des portraits longs des personnages, nous avons une famille normale, avec des problèmes d’argent, de famille… et qui veut simplement passer de bonnes vacances. Et c’est à peine dix minutes après le début du film que la catastrophe arrive. La scène est rapide et en à peine une minute, le sort en est jeté. Il ne faut pas s’attendre à une séquence catastrophe comme dans 2012, la vague arrive, elle emporte tout, c’est très bien fichue, réaliste et l’essentiel est après. La survie de Maria et Lucas, un de ses fils, commence aussitôt. Leur combat pour se rapprocher l’un de l’autre est magnifiquement mis en image, la caméra flotte au-dessus de l’immense vague et nous sommes vraiment pris au piège avec eux. Pendant une bonne demi-heure, on est avec eux et quand le calme revient, c’est pour laisser place à la pudeur.

Il y a un vrai regard sur les barrières qui tombent quand un drame uni une famille. Le petit Lucas voit sa mère dévêtue et tourne la tête. Maria n’est plus aussi pimpante qu’au bord de la piscine, elle a une blessure odieuse à la cuisse, des plaies plein le corps et son visage est meurtri. La partie sur le père et les deux autres fils est moins tendu, moins pénible, moins réussie. Il y a une sorte de légèreté mal venue, les fils ont un brushing impeccable et Henry semble plutôt alerte. La partie la plus intéressante sera celle où il doit prendre contact par téléphone avec son père. Si le mélo est un peu forcé, il fonctionne, mais clairement moins que la scène où Lucas tente de retrouver quelques personnes dans l’hôpital, une scène simple mais qui raconte beaucoup de choses en peu de temps.

The Impossible

©SND

Le film prend son rythme et quand chaque membre de la famille se croise sans se voir dans un procédé un peu lourd, on ne ressent que peu d’empathie. Il ne manque pas de pathos (la musique est là quand il faut) mais il y a un manque cruel de tension. Le film est assez linéaire, il n’y a pas énormément de rebondissements, il n’y a qu’un seul et unique but scénaristique.

The Impossible reste efficace, sans surprise mais ne parvient jamais à aller au-delà de son sujet. Il raconte son histoire et peine à franchir le pas de l’empathie. Restent des acteurs très inspirés avec un trio d’enfants très pro, Tom Holland en tête, et McGregor et Watts toujours justes. On ne s’ennuie jamais mais il manque quelque chose.