Tout le monde est parti. Avec un peu de chance, un pote est resté vous aider. Ca tombe bien, il faut être deux pour monter ce meuble.

Tiens, on met le canapé là. *s’assoit* On fait un Fifa ?

Vous regardez votre appartement et vous le trouvez soudainement beaucoup trop petit. Vous vous dites que vous n’allez pas vous plaire ou que vous allez vous marcher dessus. Mais la première phrase qui peut venir à l’esprit aussi est : personne ne viendra me voir.

C’est une réalité. Si les gens veulent bien faire 45 minutes de transport pour aller bosser pendant 8 heures, ils ne veulent pas faire 30 minutes pour passer 3 heures plutôt décontractés du gland avec vous. Vous avez osé aller en banlieue, là où c’est « loin » alors qu’en réalité vous mettez autant de temps que le parisien de base à rentrer. La crémaillère sera le premier et peut-être ultime effort que vos amis feront pour venir discuter le bout de gras avec vous.

Pour tenter le chaland, vous achetez une télé 110 cm, vous investissez dans le dernier Fifa, un pack de bières et un clic-clac au cas où « tu peux dormir à la maison ».

Pour avoir vécu dans un appartement pas rangé pendant plusieurs semaines avec matelas gonflable crevé, aucune télévision et du wifi, je peux vous dire que l’ambiance est morne le soir. Votre chat se demande encore où il est, il est votre seul compagnon et vous semblez discuter avec lui avec une cohérence et une compréhension exceptionnelles. Son Miaou sera ponctué par un « Bah oui Minou » de votre part…

Pour tenter de survivre, vous tentez d’exister au-delà de vos limites physiques. Vous allez sur Facebook.

Pour commencer votre emménagement  vous ne cherchez pas le premier carton à ouvrir, non, vous trouvez votre ordinateur, l’allumez et voyez si votre FAI a raccordé votre ligne. Vous déplacez la télé là où elle sera, vous allumez et vérifiez que vous avez toutes les connexions au monde extérieur.

Vous aviez déjà repéré les prises électriques dans la pièce. Si vous êtes comme moi, vous avez sorti la multiprise et tentez de brancher correctement tous les appareils pour mieux vous repérer le jour où il faudra en débrancher un.

La plupart du temps, j’allume fébrilement l’ordinateur et je souris quand il s’allume. On ne sait jamais. Commencer un emménagement avec un ordinateur en panne, ça gâche tout le processus.

Voilà vous êtes raccordés au monde, vous restez quelques minutes devant vos mails, vous actualisez votre statut Facebook et vous contemplez votre oeuvre. Quelques cartons sont là où votre lit sera. Vous déplacez tout, vous montez, vous rangez les vêtements avec en tête la volonté de porter ce pull jamais mis, ce pantalon à peine grand (on ne sait jamais, vous pourriez vous mettre au sport et prendre un peu de muscle fessier.

Vous pensez tout pouvoir finir en un Week-End mais c’est sous estimer le pouvoir du carton. Il vous faudra bien une heure pour monter cette armoire, une autre pour retrouver quels cartons renferment vos manteaux et chaussettes et une dernière pour trouver le paquet de vis…
A deux, tout va plus vite, il y a une auto-motivation et rien de mieux que de penser son nouvel appartement à deux cerveaux. Si Monsieur aura son coin PC, madame aura son coin maquillage. Si vous êtes deux collocs, chacun aura sa place sur le canapé.

Il existe un tri post-déménagement, il y en a eu un avant et il y en aura un après, quand vous vous rendrez compte que bizarrement, tous les vêtements ne rentrent plus dans l’armoire.

Le rangement des DVDs est plutôt simple, ils sont déjà rangés dans les cartons, il n’y a plus qu’à les transposer dans le meuble sauf si dans un excès de zèle vous faites tomber la pile que vous teniez entre vos deux mains, à l’horizontale.
Les cartons de DVDs se vident rapidement, contrairement aux cartons « cuisine » où le papier bulle et les pages de journaux dépliées prennent davantage de place que les verres intacts.

 

Lemoluvi.fr

 

Evidemment vous avez pensé à brancher four et machine à laver, vous redoutez la première utilisation qui ne se fera pas tout de suite. Votre cuisine est soudainement moins grande. Vous vous octroyez dix minutes de pause qui se transforment en une petite heure de procrastination.

Quand votre appartement est enfin vivable, vous vous asseyez sur votre canapé(-lit), votre chat vient sur vos genoux, vous soupirez. Vos amis, votre famille, vous demandent comment se passe le rangement. Le plus souvent vous mentez.

« Ca va, ca ressemble à quelque chose »

Vous vouliez mettre la télé ici mais vous ne pouvez pas, votre lit sera dans ce sens car le mur est mal placé. Le porte-manteau, l’étagère qui restent dans un carton ne trouveront jamais leur place.

Mais vous êtes chez vous. Il faut bien.