Destination finale de James Wong en 2000
Premier film sorti il y a douze ans, DF avait étonné tout le monde par son approche dématérialisé du serial killer. Le film mené par le duo Morgan et Wong issu de X-Files a eu de bonnes critiques et a rapidement été promu dans les tops des meilleurs films du genre chez les ados.

Effectivement le film distille très bien son suspens et arrive à rendre crédible cette histoire fantastique. L’inquiétant Tony Todd (Candyman) joue un coroner qui n’aura pas un rôle si important que ça alors que beaucoup se souvienne de lui. Il reviendra dans trois suites (dont une en simple voix du diable). Il a instauré un climat de mystère autour du film et beaucoup se sont demandés s’il était l’instigateur de ses meurtres, s’il avait le pouvoir de contrôler la mort ? On ne saura jamais… même dans les autres films.

A-

 

 

 

 

Destination_finale_2-20110107030905

Destination finale 2 de David Richard Ellis en 2003
Longtemps mon préféré mais sa nouvelle vision ne m’a plus convaincu. Les personnages sont tous très idiots et le système de prémonition systématique casse tout l’effet de surprise du premier film. Si les morts sont encore originales et la scène d’ouverture jouissive, le suspens est un peu mis à mal et le film gagne en côté fun ce qu’il perd en justesse de ton. Par contre le scénario tente de se rapprocher au premier film avec les conséquences indirectes du crash du vol 180 et le retour du personnage de Claire.
Le film perd en rythme à cause de dialogues assez stupides où la psychologie des personnages est construites à coup de truelle. Restent des morts agressives, soudaines, plutôt second degré. La scène finale est très drôle !

B

 

 

Destination finale 3  de James Wong en 2006
Morgan et Wong rempile pour ce troisième opus qui débute dans un grand huit. Sensations garantis pour un accident qui fera froid dans le dos. Cette suite s’inscrit dans la lignée du premier film. Au-revoir les prémonitions, bonjour les indices disséminés autour de l’héroine comme dans le premier film. La bonne idée est de mettre en scène des photos prémonitoires. Malgré la pauvreté des dialogues (des scènes très culculs ou mal écrites), le film est un mix parfait entre les deux premiers films. Les morts sont toutes rapides et choquantes, mention spéciale à la cabine de bronzage, longue et jouissive. Si le climax est assez moyen, le film se rattrape avec une scène finale plus conséquente que les précédentes. Le film se « séquelle » lui-même avec un  accident de métro classe et bien fichu.

B+

Destination finale 4 de David Richard Ellis en 2009
Meme équipe que le 2 et même conception et approche que le 2 ! On retrouve les visions prémonitoires. Mais si dans le 2 elle s étaient sobres, celles du 4 sont assez laides… 3D oblige. En effet, pour renforcer les effets dimensionnels, les objets sortants de l’écran sont faits en mauvaise CGI et en 2D le rendu est affreusement laids.
La première scène se passe durant une course de voitures, très rapidement l’accident se produit et la catastrophe est encore plus bourrine que les trois précédentes et est relativement courte.
Le reste est grossièrement traitée avec un schéma trop carré, une vision, une tentative de sauvetage, une vision… Si l’humour un peu gras apparaît, les personnages restent fades au possible et les morts plutôt plates. Le climax final est plutôt bien foutue avec le centre commercial et les escalators mais la scène ultime est d’une feinéantise inacceptable.

A noter le générique de début qui résume un peu toutes les morts précédentes version X-ray. Gadget 3D oblige… Le pire épisode de la saga

C+

Destination finale 5 de Steven Quale,en 2011
Nouveau venue dans la franchise, Quale a été second réalisateur sur Titanic et Avatar… m’enfin quand on voit son travail sur Destination Finale 5, on ne voit pas trop la différence. Cela dit la première scène est gigantesque. Le pont est sûrement l’idée la plus démente de la saga. L’impression de vertige (en 3D c’est pire) est là et tout est très très bien orchestré. Côté personnages, la psychologie est plutôt mieux travaillée que précédemment avec une mise en place assez longue au début. Point de seins nus ici cette fois ci malgré un plan soutif agréable (oui bon eh oh j’ai le droit d’en parler, on ne sait jamais, au détour d’une recherche google on peut tomber sur cet article).

Le film part du côté du thriller psychologique (sans aller dans le script pur et dur, maîtrisé et tendu) en abandonnant un peu les morts choquantes et brutales. Il reste une excellente maîtrise du suspens dans les morts et parvient à hisser le film dans le meilleurs de la saga. Les personnes sensibles à tout ce qui touche aux yeux ne doivent pas regarder cet opus 🙂

Ici point de prémonition ou d’indices, tout est remis à plat e le film flirte moins avec le fantastique. Tony Todd revient pour semer le doute et la grande surprise viendra de la fin avec une boucle parfaitement bouclée qui surprendra plus d’un fan !

B+

Au final, que retenir de la saga? Si le concept est déclinée 4 fois, le concept change un poil et permet à chaque film d’avoir une approche un peu plus différente. Les morts sont souvent originales et sont bien menées. Malgré un effet de surprise décroissant, cette saga sur les réactions en chaine est divertissante et on trouvera rapidement son compte.

Etrangement Ellis avait réalisé le pire et le meilleur de la saga mais après revisionnage, on se rend compte qu’Ellis prend un peu trop à la légère le concept et ne l’utilise pas vraiment dans son script. Les trois autres sont un peu plus fouillés et parviennent à être dans le haut du panier.

Finalement le concept permet de mettre en scène des réactions en chaîne agréables à regarder et on se dit aussi que chez soi tout est possible… et à l’aéroport, et sur la route, et dans une salle de sport et… le danger est partout.

Dommage que le concept des prémonitions soient utilisées une fois sur deux, des règles strictes auraient été intéressantes. C’est vrai que l’on ne sait toujours pas comment et pourquoi Tony Todd en sait plus que de raison. Et il est intéressant de comprendre comment marchent vraiment les règles du jeu, doit-on tuer quelqu’un pour passer son tour? Peut-on survivre ? La simplicité du 5 a remis les choses dans un certain ordre au propre comme au figuré.

Le succès surprise du quatrième opus (épisode qui a le mieux marché !) a permis d’enchaîner avec un cinquième épisode plutôt convaincant et il se murmure que deux nouveaux épisodes vont voir le jour tournés à la suite !

Quelle catastrophe peut-on encore imaginer? On parle d’un bateau, on parle d’une avalanche !

Mon Top avant : 2 / 1 / 5 / 3 / 4

Mon Top maintenant : 1 / 3 / 2 / 5 / 4