Les nouveaux papys du rock reviennent en France pour se rôder avant une grande tournée pour la sortie de leurs trois (!) albums en septembre novembre et janvier !

Après leur grande tournée d’il y a deux/trois ans, c’était avec plaisir que je revenais les voir.

Arrivé fraîchement à 14 heures j’assiste allongé dans l’herbe au concert des Bombay Bicycle Club, pop rock sympa. Le reste de la journée je visiterai tous les stands et la journée passera rapidement. Aucun autre concert n’aura l’immense privilège de ma présence jusqu’à celui des Social Distortion à 20h.

Le festival fête ses 10 ans en petite pompe avec peu de grands moments festifs, une communication graphique exécrable (les verres 2012 sont d’une laideur, à l’image des affiches…) et une programmation qui n’est pas à la hauteur.

Green Day Time.
Trois concerts en quelques temps et j’étais un peu sevré du groupe il y a plusieurs années. Les shows étaient au millimètre et il était presque fatigant de suivre les élucubrations de Billie. Cette année, le constat est le même.

La cause? Un jeu avec le public réduit à sa plus simple expression : Eeeeeeeh Ooooooh.

Déçu… j’avais ce sentiment après trois concerts en 2009/2010 mais là c’en est trop, Billie arrête tes PUTAINS DE EH OH qui sont présents a CHAQUE CHANSON !!! C’est devenu systématique. Billie est un showman, il a les capacités à faire autre chose que ça pour combler le public. Billie est toujours une pile électrique, il s’est plusieurs fois marré come un gamin sans raison et c’était communicatif. IL joue façon acrobate, rend hommage au public, fait des révérences, l’écoute chanter… il multiplie les facéties et ça redonne la pêche.


Au delà de cet agacement, la setlist ne m’a pas transcendé, le show était là mais j’ai trouvé que le concert  tait un fourre-tout mal orchestré. Débuter par Welcome To Paradise n’était pas la meilleure idée surtout quand on a eu à faire à deux tournées American Idiot et 21st Century Breakdown où les intros mettaient carrément dans le ton dès les premières notes. Ajouté à cela des décors originaux, les tournées étaient grandioses. A Rock en Seine, à part un écran de lumière, aucun élément ne faisait leur promo. Finement joué ?

Alors oui les reprises de Highway to Hell, Hey Jude et compagnie font toujours plaisir, oui Mike, Trè et Jason ont poussé la chansonnette mais autour de moi, les gens voulaient aussi des chansons avec un début, un milieu et une fin et non des breaks répétitifs qui cassent un peu l’entrain.

Niveau public, l’ambiance était là, il y avait les pogos, les groupies, les pleurnichardes (mention à la brune qui doit être folle amoureuse de Billie et atrocement jalouse quand certaines sont montées sur scène), les immobiles et tous les autres. Un public multigénérationnel également pour un groupe qui commence à devenir un peu le old school du rock à ranger à côté des autres papys du rock.

On attend au tournant les trois albums car avec ce que l’on a entendu, on craint un remplissage affreux. Stay The Night ou 99 Revolutions ne sont pas les meilleures compos du trio. Le groupe n’a pas communiqué sur la sortie de leurs prochains albums, étonnant. Je ne pense pas que le public sait que trois albums sortiront en quelques mois.

Alors oui cette critique est négative mais parce que j’ai suffisamment vu Green Day en concert pour juger de cette prestation qui aurait plu à n’importe quel fan qui n’a jamais vu le groupe ! C’est aussi peut-être pour cela que je n’ai pas autant apprécié, je n’étais pas avec ce genre de personne…

Reste quand même un show rôdé, une prestation musicale d’une qualité rare, Billie est un excellent chanteur et les chansons gardent toute leur puissance si ce n’est plus. Green Day a fait un hold-up musical il y a dix ans avec American Idiot et ils profitent désormais de leur succès avec plaisir et ça se voit !