Deuxième fois que je suis invité par Mediamétrie à une projection presse dans un cinéma des Champs Elysées et deuxième fois que je tombe sur un film français (première fois Monsieur Papa). Pas surprenant me direz-vous mais à chaque fois ce n’est jamais un GRAND film français.

19h j’arrive devant le cinéma, plus de deux cent personnes sont déjà là, je fais la queue pendant une demie-heure et rentre enfin dans la salle 5 du cinéma. Je me place au premier rang tout à droite, la pire place qu’on peut avoir (hum… à gauche aussi).

On nous distribue un petit questionnaire avec age, profession, combien de fois va-t-on au cinéma et si on aime les acteurs suivants. C’est là que l’on prend connaissance du casting du film : Chabat, Duquesne, Baer, Depardieu… Du lourd.

Le film s’appelle Turf et est réalisé par le génie français (…) Fabien Ontoniente à qui on doit déjà des classiques comme Grève party,  Jet Set,  3 zéros,  People, Camping,  Disco et  Camping 2.

Le film commence. 1h40 après le constat est clair, le film n’est juste pas bon malgré un bon capital sympathie.
Après le camping, les kékés et les peoples, Ontoniente s’attaque à un autre pan de la culture popu(laire) française avec les parieurs PMU. A vrai dire, on ne se moque pas vraiment de ça et le film raconte plutôt comment 4 amis de longue date tente de rattraper le coup après avoir acheté un cheval assez moyen. Défilé de guests, Very Bad Trip du pauvre pendant vingt minutes, gags téléphonés… le film est clairement baclé.

Le film ne raconte pas grand chose, le pire étant la story-line de la femme du Grec (Chabat) qui ne sert strictement à rien ! On sent surtout que les scènes avec sa femme sont rajotués pourtant l’idée était là. On redoutait dès l’introduction de l’idée que ça allait être le moteur du film mais finalement non. Rien ne transparaîtra. Dommage. Un parieur qui perd son ticket gagnant est quand même une idée un peu plus farfelue que d’acheter un cheval.

D’ailleurs le film est avare en gag, c’est surtout une succession de bons mots au détour de scènes prévisibles. Philippe Duquesne est assez incroyable et le reste du casting cabotine joyeusement à l’image d’un Depardieu qui enrichit sa filmo avec ce qu’il trouve. Il reste de belles scènes avec le cheval, Sergi Lopez en entraîneur est convaincant, tout le contraire de Vahina Gocian… je sais plus son nom.

Un questionnaire plus abouti est donné en fin de film avec nos impressions sur le film, les scènes préférées, détestées, l’avis sur les personnages… Le public était réceptif et avec l’hétérogénéité des personnes présentes, certains n’ont pas du apprécier. Le film plaira sûrement au « petit peuple » celui qui va très peu au cinéma…