Un peu plus d’un an après leur passage à La Cigale, AvA revient en France pour leur tournée européenne. Un jour avant, le groupe était dans la capitale belge et j’ai assisté aux deux concerts. Week-end exceptionnel qu’il sera assez difficile de décrire.
Voici la critique des concerts, un article à part reprendre tout le WE 🙂

Arrivés à 18h30 devant l’AB à Bruxelles, il y a à peu près 50 personnes devant nous. Les portes s’ouvrent une demi-heure plus tard et nous pénétrons dans l’AB. Trois stands de merch, AvA, Macbeth et Keep A Breast.

On file dans la salle, deux rangées sont déjà faites. On se place tranquillement et on attendra à peine une heure avant le début du show avec Le Blorr, groupe de Floride qui vient nous faire un set de 40 minutes à base de guitare psyché, de synthé et de batterie énervée.

Peu accrocheur malgré une énergie certaine, la première partie a été longue. A peine un quart d’heure après la fin du concert, AvA débarque déjà sur scène. Les lumières se tamisent, on se retrouve un an en arrière à la Cigale. Mais cette fois, Saturday Love va ouvrir le bal. Grandiose, Ilan fait le travail et dévoile son talent. Ca part dans tous les sens, Tom ne tient pas en place et le show commence.

Grosse ambiance, Saturday Love était le choix parfait pour débuter le concert. Le groupe enchaîne les titres sans aucune pause, Young London et son intro affolante, The Adventure qui met toujours tout le monde d’accord, Lifeline qui remet les pendules à l’heure, Secret Crowds rassemble. Tom a la voix des beaux jours, étrange que les lives télévisés soient toujours affreux pour lui. La foule est assez peu rémuante, tant mieux, le spectacle est plus aprpéciable.

L’outro de Anxiety est magique, Tom décide de parler un peu du groupe durant l’instrumental qui se conclut par un monumental solo de batterie d’Ilan qui est définitivement intégré.

Au rappel, les français entonnent un It’s not over de My Heroine, le groupe revient. Ilan nous fait un petit solo de piano très classieux pour ensuite commencer l’intro de All That We Are après un petit salut au public qui a définitivement adopté le nouveau venu.

Frissons et émotions pour cette compo magnifique, le solo de guitare est puissant et la salle est conquise. Il ne reste plus qu’à The War de venir achever les spectateurs.

Soirée magique, setlist éclectique, bonne présence scénique, public conquis, le concert fut très agréable.

A la sortie de la salle peu de temps après la fin du concert, un agent de sécurité me bouscule pour laisser passer Tom qui va dans le Tour Bus… L’after est sympa, petit verre entre amis puis retour en France. Arrivée 5h, on enchaîne avec la dédicace au Furieux. Tous les fans que je cotoye depuis un an sont là, quel plaisir de les voir enfin. On arrive à vendre les bracelets faits pour l’occasion, le groupe arrive à l’heure, nous sommes les premiers à les voir pour la séance signature, j’ose dire un mot à chacun, « great show last night » pour Tom, « Welcome » pour Ilan, « How Are You » pour David et « Will you come to Rock En Seine » à Matt ^^ Réponse ? Ils ne savent pas. J’arrive à donner un bracelet à chacun, ils apprécient, TOm le met de suite (il l’enlévera avant le concert)

L’émotion est là comme l’année dernière, voir lund e se groupes préférés, même à mon âge, ça fait quelque chose.

On repart avec nos dédicaces direction la salle. Nous sommes dans les premiers, il n’est que 14h30 et on va attendre jsqu’à 19h. Tout le monde partage dans la file d’attente, on discute, on rit, on chante, c’est beau !

Flo en astronaute Boomer, le must 🙂

Le groupe arrive dans la salle, Ilan reste dix minutes pour ses fans, je n’ai même pas osé y aller… Frustration.

Les portes s’ouvrent enfin, les VIP sont déjà là, ils auront payer 100 dollars pour assister au soundcheck. On arrive à être au second ou troisième rang, on est bien mais… éparpillés. Quand on y pense on a passé le concert loin les uns des autres, ça m’a fait un peu de peine.

Le Blorr revient sur scène, je soupire mais la prestation parvient à me plaire davantage que la veille.
AvA débarque enfin et le concert est un peu plus mouvementé qu’en Belgique, surtout à cause (oui à cause) d’idiots bourrés qui ont même osé chanter des conneries pendant le solo de Matt. Vraiment je ne trouve aucun intérêt à « apprécier » un concert saoul, en pogotant et n’ayant, je pense, aucun souvenir dans la tête.

[youtube icIP1qG8KS0&t=4m35s]

Bref, ca remue tellement que je recule de quelques rangs, la fatigue est là mais j’apprécie toujours autant. Pour le rappel, les gens ont de suite lancé des Oh Oh de The War, dommage, un It’s Not Over aurait fait bon ne impression encore.

Le concert se termine, la foule se déchaine pour récupérer des médiators ou des baguettes, grosses bousculades, petites frayeurs. Les égoïstes auront tout gardés 🙂

Setlsit :

  1. Intro
  2. Saturday Love
  3. It Hurts
  4. Surrender
  5. Dry Your Eyes
  6. The Adventure
  7. Anxiety
  8. Everything’s Magic
  9. Young London
  10. Lifeline
  11. Call to Arms
  12. There Is (Box Car Racer cover)
  13. Hallucinations
  14. Secret Crowds
  15. All That We Are
  16. The War

Nous restons un peu dans la salle, l’envie de laisser derrière nous la soirée n’est pas pressante. Dehors, notre petit groupe investit le Bataclan café. Et même si après ving minutes nous n’étions toujorus pas servis, nous avons passé une bonne soirée car le Blorr est venu taper la discute et après une photo et une vidéo mémorables nous rentrons chez nous, la tête pleine de souvenirs ! Et ce ‘nétait aps fini.

Le lendemain, nous partons à la recherche du groupe qui était aux alentours du Louvre. Un seul arrivera dans nos filets : Matt.