L’épisode d’avant nous proposait un peu de changement avec les Moodys qui en avait ras la casquette de Hank et ce dernier qui souriait en voyant Holly profiter de la vie sur sa Porsche. Seulement voilà, Calif est encore frileuse et revient sur ses acquis.

Hank est chez lui a faire de la cuisine pour Becca qui marmonne encore qu’elle ne doit plus lui faire confiance etc etc…. bof, même joueuse joue encore, et encore.

Hank lit le script que Tyler lui a proposé de lire et il se révèle excellent et obscène, ce qui énerve Hank ! Il décide d’aller lui donner quelques conseils et se retrouve chez Tyler devant sa mère. Bien entendu, un jeu de séduction se met en place et en deux-deux elle souhaite voir le sexe de Hank  pour le volume 2 de son livre sur les sexes masculins ^^ Hank s’exécute et voilà que débarque l’autre maman de Tyler, ne sorte de mastoque horriblement lesbienne.

On sent que cette scène n’apporte finalement pas grand chose à l’intrigue et présente juste Hank dans une situation cocasse mais on ne sent aucun travail sur Tyler justement. Quel est l’intérêt de lui mettre des parents lesbiens ?

Pour Charlie, c’est aussi classique. Même si la partie de jambes en l’air interrompue était une scène drôle, Marcy et Stu au courant de la relation avec Lizzie n’apportent rien non plus au récit à part de bons moments. En bref, on progresse verticalement mais pas horizontalement. Les enjeux sont toujours les mêmes.

Eddie Nero réapparait pour jouer dans le film de Sam et Moody. Rob Lowe est formidable dans le rôle et ouvre enfin la saison avec ce qui va sûrement prendre les 4 derniers épisodes : le tournage du film de… Raw, le script de Tyler que Nero a lu et adoré !

Ca ne parait pas si raté que ça mais l’épisode joue sur des acquis et ne surprend jamais. On perd un peu de folie mais on est toujours souriant devant les californications de la série. Le schéma semble blindé et les apports à droite à gauche ne briseront jamais ce dernier quoiqu’il arrive.