No. Titre Durée
1. « Call to Arms » 5:05
2. « Everything’s Magic«  3:51
3. « Breathe » 5:34
4. « Love Like Rockets » 4:50
5. « Sirens » 4:19
6. « Secret Crowds » 5:03
7. « Star of Bethlehem » 2:08
8. « True Love » 6:08
9. « Lifeline » 4:16
10. « Jumping Rooftops » 0:45
11. « Rite of Spring » 4:22
12. « Heaven » 6:39
Durée totale :: 52:54

Call To Arms commence l’album d’une façon percutante. L’introduction ne dure pas plus longtemps que pour le premier album et Tom DeLonge semble moins calme. La chanson est plus rock, proclame un message encore bien positif et beau. L’album commence sur une très bonne note. On a plaisir à retrouver le groupe, on sent une sorte de joie à écouter ce morceau. Il donne le sourire. Je ne sais pas comment exprimer ça, il y a une ferveur ambiante, un optimiste grandissant. Ce n’est pourtant pas le meilleur mais il a un pouvoir non négligeable.

[youtube SbcwlH-Qimk]

On reste sur un son pop-rock avec Everything’s Magic, l’un des titres les plus fameux du groupe. Le texte est beau, le refrain est efficace, la chanson est vraiment l’une des plus grandes réussites rock du groupe. Le clip est le plus réussi scénaristiquement parlant, la fin est très sympa.

[youtube tjdN_3a2tA4&feature=fvwrel]

Le groupe semble opérer un tournant moins aéro-rock et revient vers un son plus rythmé, plus enjoué. On retrouve la basse qui ponctue les morceaux, on reconnaît quand même l’univers du groupe.

Pourtant Breathe vient nous contredire. Cette ballade est une réussite totale, cette déclaration d ‘amour est d’une simplicité et d’une force assez rare. La batterie et le petit riff de basse nous accompagnent tout le long de la chanson jusqu’à un pont  qui arrive après 4 minutes, la chanson prend alors un autre visage et se termine sur un Tom DeLonge en grande forme. Une totale réussite.

Love Live Rockets s’ouvre sur le discours de Eisenhower proclamé lors du lancement d’un satellite. LLR est une chanson encore une fois plaisante. Elle donne un plaisir fou. On ne sait pas pourquoi, les fans comprendront. Mais elle est aussi très bonne. C’est une avalanche de sons, de rythme, de chants. Comme pour la précédente, elle se conclue sur un petit emballement de Tom qui nous parle d’étoiles, d’amour… on sent un profond attachement à ses thèmes depuis le début du groupe. C’est autre chose que d’enculer des chiens n’est-ce-pas ? (les fans comprendront).

Sirens a été entendu dans une pub, j’en suis sûre, une pub pour un shampooing… Bref, Sirens possède un chant très doux et devient entraînant quand Tom commence les « Ta lalala » jusqu’au refrain qui gagne encore en tempo. La chanson devient un peu redondante mais on a clairement une autre bonne chanson.

Décidément I-Empire est beaucoup moins plombant que le précédent. Ce qu’il perd en ambiance lourde, il le gagne en légèreté et le message d’AvA est même davantage percutant. On se sent vraiment bien à écouter cet album. Vraiment.

Nouvelle chanson et nouveau coup de massue, Secret Crowds est un hymne, un monstre de puissance évocatrice. Les paroles, le riff de guitare, le chant, la batterie, tout est très bien ficelé pour nous donner une de mes chansons favorites d’AvA et même tout genre confondu, notamment grâce à 4 petites lignes…

If I had my own world
I’d build you an empire
From here to the far lands
To spread love like violence
[youtube iDyH2tfADA4]
La chanson est proche de ce qu’on a pu avoir avec Box Car Racer et c’est une très bonne chose. l’album était vraiment parfait et renouer avec l' »esprit »  Box Car Racer qu’il soit musical ou thématique c’est plaisant. BCR est du côté pessimisme, fatalité ce qu’AvA est à l’optimiste et au destin. Ils se complètent, se rapprochent. BCR parlait de la fin du monde, AvA parle de sauver le monde.
L’interlude Star Of Bethlehem fait du bien encore une fois. les sons AvAesque se mêlent, s’entrecroisent, se marient et font naître un morceau qui introduit efficacement True Love. Titre bateau mais chanson puissante. La raison ? On ne sait pas pourquoi mais le fait de rajouter des Eh Oh dans plusieurs compos permet à AvA de conquérir un public en un rien de temps en concert. C’est facile oui mais ça swingue (oui ça se dit encore).
Yo eh, oh eh, oh eh, oh !
True Love dure 6 minutes mais ne contient que deux petits couplets, le reste est une répétition du refrain. Rien de méchant car la mélodie bien que simpliste parvient à accrocher l’oreille.
Nous débutons le troisième tiers de l’album qui débute avec Lifeline, une chanson assez calme et d’une rare beauté. On sent dans chaque parole un message fort. Le refrain est vraiment percutant avec Tom qui n’hésite pas à aller dans les aiguës. On termine par des Yo Oh Oh Oh, ça peut paraître répétitif après coup mais on pardonne facilement… Ca peut rebuter les auditeurs, c’est certain.
Ce sont 4 minutes qui passent extrémement vite pour une des meilleures compos de Tom DeLonge.
[youtube -HqQ5KheJEQ]
 Jumping Rooftops est un autre interlude qui introduit Rite Of Spring, superbe ballade où Tom raconte une belle histoire qu’on peut penser personnelle. The Whole Wide World Is Mine dit la chanson, on ne peut que se le dire pour avancer. Si on adhère au groupe, on adhère à ses convictions, on peut aller loin. Le pouvoir de la musique mes enfants !
L’album se conclut avec Heaven, morceau synthèse du groupe, il commence d’ailleurs avec plusieurs extraits de précédentes chansons jusqu’à ce qu’un riff de guitare vient nous dire qu’un morceau parfait arrive… Oui j’en fais peut-être un peu trop mais cet album est une franche réussite. La montée en puissance du morceau est d’une efficacité folle.  La chanson possède une certaine rage dans le chant qui se libère à la fin avec un message clair. S’en suivent les derniers mots de l’album : Here I Am. Une répétition du début de la chanson est entendu en écho puis s’évanouit dans un silence absolu. Fin de l’album.
Une pure réussite. AvA arrive à se renouveler et à prolonger leur univers dans des retranchements plus rock, plus rythmés. Après la sortie de LOVE 1 et  2, on peut dire qu’ I-Empire est leur meilleur opus. On peut préférer le premier pour son ambiance particulière mais musicalement parlant, I-Empire est beaucoup mieux abouti et cohérent. Je ne mets pas la note maxi car il est évident qu’on adhère ou pas à leur univers, on peut aimer certaines chansons qui sont beaucoup plus passe-partout. C’est aussi différent de blink-182, comme ça l’est de Box Car Racer. on ressent cependant une petite influence dans les riffs de guitare et dans la puissance du chant. Tom DeLonge persiste et signe. AvA est bel et bien un groupe à part !
Rien n’est à jeter ou presque, c’est bon, j’aime ça 🙂