Première review d’une série que j’affectionne depuis 10 ans maintenant ! Plus connu sous le nom Les Experts en France, la première série de la franchise est celle qui, bizarrement, a le moins de succès en France. Pourtant, la série est esthétiquement parfaite, scénaristiquement passionnante et accessoirement plutôt bien interprêtée.

Je m’attarderai davantage sur les derniers épisodes que sur la série en elle-même même si Grissom, merde, revient !

Fin de saison dernière, Langston (Laurence Fishburne) continue de traquer Nate Haskell qui l’emmerde un peu plus de 2 saisons.

Loin d’être aussi passionnant que le fil rouge du tueur aux miniatures ou encore le tueur chirurgien, l’arc Nate Haskell débutait plutôt dans une ambiance très malsaine, glauque, noire. On le voit apparaître dans l’épisode qui signe le départ de Grissom et l’arrivée de Langston.

Fin de saison 10, Langston a enfin l’occasion de mettre fin à ce jeu de chat et de souris. On ne peut pas dire que les dernières apparitions de Haskell étaient très passionnantes. L’idée était surtout d’étudier le personnage de Langston qui devait se révéler au grand public depuis une saison et demi puisque sur certains spoilers de l’époque on pouvait lire que Langston et Haskell allaient partager le même ADN… En fait, l’idée était bien là mais ce la a été traité d’une manière un peu bancale.

Déjà d’une, ils ne partagent rien, matériellement parlant. Ils sont juste porteurs du gêne « du tueur ». En fait, Langston possède le gêne qui peut faire de lui un meurtrier. l’instinct de tueur peut apparaître à tout moment.

D’où le second point, Langston a toujours refusé d’enregistrer ses empreintes ou de faire une prise de sang, ce qui éveillait les soupçons chez les spectateur mais moins chez son équipe et bizarrement ça n’a pas vraiment été traité comme il le fallait. Il n’y a pas eu de grand suspens sur la possible double personnalité de Langston. La série aurait pu aller très loin et faire de Langston le vrai serial killer de la saison !

Troisième point, mettre en avant Langston n’a pas été la meilleure idée. Les scénaristes ont voulu faire accepter ce personnage auprès des fans mais ils en ont oublié de retravailler les autres ! Nick est le seul à être toujours constant et George Eads apporte vraiment beaucoup d’humanité dans ce personnage. Catherin faisait de la figuration, Sara semblait s’ennuyer, Hodges et Brass faisaient le nécessaire et Doc parvenait à tirer la couverture à lui dans des scènes bien fichues (notamment son amitié avec Langston qui était un bon point). Greg Sanders était encore le grand oublié, il  a un grand gâchis pour ce personnage attachant malgré un épisode centric, il n’a vraiment pas une place facile.

Mais cela semble changer en saison 1 avec l’apport de Morgan, fille de Ecklie, qui apparaît dans la fin de la saison 10 et qui semble être un bon moyen pour que Greg sorte un peu de son cocon.

Revenons à l’intrigue Haskell qui se termine plutôt mal avec des scènes et des idées assez dures concernant ses agissements envers l’ex-femme de Langston, Fishburne s’en sort plutôt pas mal dans les trois derniers épisodes entièrement voués à son histoire. On ne savait pas encore que l’acteur allait abandonner à son tour le navire durant l’été 2011, laissant l’avenir de Langston en suspens surtout qu’il est clairement en mauvaise posture dans le season final, son instinct caché ayant pris le dessus sur sa personnalité (dans une moindre mesure).
Comment le personnage allait être traité durant le 12×01 ?

La série n’allait peut-être pas se relever d’un énième départ et l’ajout de Ted Danson pour une saison 12 annoncée comme plus « light » sonnait peut-être le glas de la série.
Au détour d’une scène entre Brass et Doc, on évoque Langston qui est donc au calme chez lui… Voilà. On passe à autre chose. Ted Danson joue le nouveau supérieur de l’équipe (on rétrograde Catherine, ce qui offre une porte de sortie à l’actrice), D.B. Russell, un personnage un peu décalé, un pince-sans-rire qui contraste avec les autres personnages. Celui-ci semble évoluer dans un monde assez rose comparé au monde noir de Vegas.

Le cas du 12×01 aurait pu être très bon mais ça reste traité de manière classique. On adjoint une nouvelle collègue à l’équipe en la personne de Morgan, fille d’Ecklie, personnage très frais, aperçue dans les derniers épisodes. Une petite jeunette blondinette mignonette. Enfin du frais ! Surtout que Greg a semble-t-il un petit penchant pour la demoiselle.

La fin de l’épisode est orienté vie d’équipe avec Catherine qui pète un câble sur la gestion des affaires et qui souhaite que l’équipe revienne aux fondamentaux du boulot, qui est remontée car elle a été rétrogradé et que le nouveau boss semble un peu à côté de la plaque. Tout le monde entend la diatribe de Catherine, même Russell qui envoie un message à tout le monde : Breakfast. On Me. Russell.
Sympathique sortie d’épisode, j’attends de voir comment sera traité tout ça d’ici 5/6 épisodes ! La série a perdu de son charme depuis une saison et demie malgré une saison 10 qui faisait vraiment plaisir et des épisodes souvent bien trouvés et bien léchés. La série est toujours très bien fichue quoiqu’on en dise.