Community profite d’avoir une troisième saison pour explorer davantage les techniques narratives, les concepts, les parodies, les thématiques et sur les trois derniers épisodes, on peut dire que Community est un concept à elle toute seule.

3×04 – Remedial Chaos Theory

(à noter qu’il possède le numéro 3×03 en fait, d’où la blague du début d’épisode) Un des meilleurs épisodes de la série. Elle explore le concept des points de vue différents en l’adaptant sur un format de 20 minutes pour 7 personnages, autant dire que le rythme allait être soutenu. il l’est et l’épisode est vraiment écrit finement, chaque personnage est un élément essentiel du groupe, on ressent vraiment que les personnages existent seuls, se complètent en couple et se transcendent en groupe. L’épisode est vraiment parfait, c’est  drôle, ça explore pas mal de pistes relationnelles, ça ouvre même quelques perspectives, du grand art.

3×05 – Horror Fiction in Seven Steps

Community fête halloween. Après un épisode parodiant les films de zombie la saison dernière, la série reprend un peu le concept de l’épisode précédent avec les personnages racontant une histoire d’épouvante. Britta, prétextant que l’un d’entre eux pourrait être psychologiquement déviant lors de tests demande à chacun une histoire. Ca part dans des délires plutôt drôles, on sent encore un travail de caractérisation important. La partie de Pierce est vraiment délirante et celle d’Abed qui détruit un à un les clichés des films d’horreur est un must. Un épisode honnête qui montre que la série a encore pas mal de choses à dire.

3×06 – Advanced Gay

La série a encore des choses à dire même quand elle n’utilise pas de concepts. Elle n’hésite pas à se moquer de sujets importants comme ici l’homosexualité avec aussi des moments nawakesques avec un Hitler Noir ou un astronaute qui fait des paninis, choses improbables mais magnifiquement justifié par John Goodman qui revient ici. On ressort la passion de Troy pour la plomberie dans une histoire bien décalée, du côté des autres, Pierce voit arriver son père, prétexte à ne pas oublier les problèmes paternels que Jeff a. Les scénaristes n’oublient rien et ça fait vraiment plaisir. L’épaisseur donnée aux personnages rend la série plus humaine ! Il y a un clip vidéo montré au début de l’épisode que j’aimerai bien retrouver si vous y arrivez… celui des lingettes Hawthorne 🙂