No. Titres Durée
1. « Ghost on the Dance Floor » 4:17
2. « Natives » 3:55
3. « Up All Night » 3:20
4. « After Midnight » 3:25
5. « Snake Charmer » 4:27
6. « Heart’s All Gone Interlude » 2:02
7. « Heart’s All Gone » 3:15
8. « Wishing Well » 3:20
9. « Kaleidoscope » 3:52
10. « This Is Home » 2:46
11. « MH 4.18.2011 » 3:27
12. « Love Is Dangerous » 4:27
13. « Fighting the Gravity » 3:42
14. « Even If She Falls » 3:00
Durée totale : 49:10

L’album fut retardé, Tom était muet côté comm’, Mark semblait enjoué, l’attente allait être longue.

Le premier extrait, Up All Night, avait surpris pour plusieurs raisons, le titre était déjà évoqué il y a presque deux ans comme nouveau titre du groupe alors qu’il commençait l’enregistrement de l’album. On ne s’attendait pas à revoir ce titre se pointait en tant que premier extrait et surtout on redoutait d’entendre un son différent.

Effectivement, la première réaction a été qu’Angels and Airwaves avait déteint sur blink-182, la chanson est assez posée malgré des riffs de guitare très BoxCar Racerien. Tom DeLonge nous sort sa voix lancinante des grands jours d’AvA.

Comment réagir alors ? Les fans allaient-ils abandonner le navire ? Le 26 septembre allait-il être la date qui marque la mort du groupe de pop-punk le plus célèbre du monde ?

Quelques semaines plus tard, Heart’s All Gone est arrivée. La chanson 100% Mark Hoppus a mis tout le monde d’accord. Un son plus proche des débuts (période Dude Ranch) et une chanson très rythmée rassurent tout le monde. Ouf, le fan respire un peu mais redoute que Tom mette un peu trop son sel dans les nouvelles compos.

La tournée Honda Civic Tour commençait et le groupe annonçait que deux nouvelles chansons allient être jouées. Le résultat fut mitigé. Au-delà de la qualité des dites-chansons c’est surtout les performances vocales qui poussaient le public à la critique. Tom n’a plus la puissance de ses 20 ans, Mark tente tant bien que mal de résister aussi aux ravages du temps et Travis reste Travis.

[youtube By98F3kEd0U]

Côté chansons, Ghost On The Dance Floor et After Midnight ont plu. La première est un mix puissant de Epic Holiday (de AvA) et de There Is (de BoxCar Racer), une chanson où Tom semble à l’aise et où le faux rythme imprègne de suite les oreilles. Cette chanson ni joyeuse, ni ultra rythmée, nous met immédiatement de bonne humeur grâce à une introduction magnifique. Pourtant, l’accent AvAesque est bien là mais on n’en tiendra pas rigueur.

After Midnight est le I Miss You de Neighborhoods. Encore une fois, Tom prend les devants et la chanson parvient à chatouiller les tympans grâce à des paroles et une mélodie plutôt réussies.

Bon et où est blink-182 alors ? Où sont les « fuck », les filles, les riffs pop-punk ? Soyez patients !

Natives met tout le monde d’accord malgré une intro rappelant l’excellente Young London (AvA). Les rythmes tribaux de Travis, la voix puissante (eh oui) de Tom, le refrain par Mark dans un rythme tout aussi soutenu font de Natives une totale réussite.

[youtube YpYhGdrknlA]

Snake Charmer est peut-être le chef d’oeuvre de cet album. Adam et Eve racontés par blink, cela donne une chanson puissante, entêtante, complète. Des sons hindous introduisent un riff de guitare qui fait remuer la tête, les couplets et le refrain par Tom rentrent dans notre putain de tête et ça fait du bien ! Les « aaaaah aaaah » sont même jouissifs car on repense à l’époque Take Off…
Il y a presque de la mélancolie dans cette chanson et c’est plutôt bon à prendre (une mélancolie que Angels and Airwaves sait retranscrire). On la ressent juste avant que le riff d’intro vient nous rappeler que le groupe a encore des choses à raconter. Ca fait du bien. Vraiment.

Comme pour l’éponyme, le groupe tente une incursion dans l’instrumental avec Interlude (Heart’s All Gone) qui permet d’introduire Heart’s All Gone avec finesse. La transition fait frissonner. Je n’avais pas fait attention au début mais la mélodie de la chanson est un peu reprise crescendo. Une réussite, bien moins redondante que The Fallen. 

Au départ, on attendrait presque que Jared Leto vienne poser sa voix vu que le son rappelle un instrumental de 30 Seconds to Mars.

Wishing Well est la surprise qui fait plaisir. Les « Talala » de Tom sont de retour après Take Off Your Pants And Jackets. La chanson est plutôt rythmée malgré un ton très léger. Le refrain est abominablement efficace. Pour l’instant, l’album est un sans faute.

Le groupe alterne les styles, expérimente encore et l’empreinte d’AvA s’éloigne peu à peu. On regrette juste l’absence remarquée de Mark au micro.

Kaleidoscope est la rencontre entre +44 et BoxCar Racer. Mark s’occupe des couplets et Tom exprime sa rage dans le refrain ! Enfin Tom s’énerve un peu, merde où est passé le Tom de Violence ou Go ?

Encore beaucoup de mélancolie dans ce titre, l’album est triste mais fout la pêche.

Un peu d’air frais en retrouvant l’esprit de Take Off… avec This Is Home, une chanson pop-punk d’une efficacité fracassante. Le synthé comme pour Ghost…, le refrain terriblement simple et percutant donnent à cette compo une originalité bienvenue.

MH 4.18.2011 commence comme une chanson de +44, une batterie mid-tempo, un riff assez long mais le rythme s’emballe pour introduire Mark dans un chant saccadé qui colle au plafond. Une compo de Mark Hoppus quasi-parfaite, le rythme affolant des couplets contraste avec un refrain presque un peu plat si on veut vraiment trouver un défaut. Du grand art.

On reproche à l’album d’être moins punchy que les précédents mais il se révèle plus puissant en fait grâce à des paroles beaucoup plus sombres et recherchées et une production plus carrée.

Tout bonne chose a ses failles, Love Is Dangerous et Fighting The Gravity sont les deux mal aimés de Neighborhoods. non pas parce que les chansons sont ennuyantes, simplement, elles ne possèdent pas cet aura que les autres ont. LiD est quand même douce-amère, le synthé est sûrement de trop. …Gravity est musicalement impressionnant mais la chanson ne décolle jamais vraiment malgré une ambition sonore intéressante. Le son est quasi expérimental, Mark impose un univers mais non…

L’album se conclut sur un Even If She Falls, une ballade qui s’emballe avec le refrain qui rappelle encore Take Off… Il faut en vouloir pour ne pas aimer ce titre à la basse très présente qui rappelle que Neighborhoods mixe des horizons musicaux différents et ma foi, bienvenus.

On ne peut pas ne pas terminer sur les mauvaises notes qui font que l’album ne vaut pas 5/5. Mark n’impose pas sa présence dans une bonne partie des compos, Tom préserve sa voix, Travis devient juste très bon à défaut d’être inventif, l’humour manque, même si l’éponyme nous avait déjà fait le coup pourtant c’était plutôt la tristesse qui était moins pesante. Ici Neighborhoods pèse véritablement côté ambiance. Ce visage leur réussit plutôt bien et on peut le dire, blink-182 est de retour et ça fait plaisir !