Se décider pour aller à un festival c’est avant tout pour plusieurs groupes qu’on aime. Surtout si on fait le déplacement jusqu’en Angleterre ! Je ne suis pas assez fou pour juste aller me mesurer aux anglais, délirer pendant trois jours et me rouler dans la boue aux sons de groupes méconnus.

Après WERCHTER en Belgique l’année dernière, voici le READING FESTIVAL en Angleterre avec au programme pour ma part : New Found Glory, Rise Against, The Offspring et 30 Seconds To Mars.

J’ai hésité à aller au READING car le billet était assez cher, il fallait trouver un logement et j’avais peur des anglais ^^ L’expérience WERCHTER m’a fait comprendre que les belges, les allemands, les hollandais mesuraient déjà 2 mètres à 14 ans et que dans une fosse, un ado de cet âge nourri essentiellement de chips et de bière ne peut qu’être « amical ».

Je suis passé par Viagogo  pour trouver des places pas chères, et je suis tombé sur des places à moitié prix (soit 45 livres, =60 euros). On était en mars, soit des mois avant l’envoi des places aux acheteurs ! Viagogo a tendance à avoir mauvaise presse à cause des délais d’acheminement des places pouvant être reçues un jour avant l’évènement !

Après des mois d’attente et ne pouvant annuler (viagogo….) et surtout partant avec mon ex (qui ne l’était pas au moment de l’achat des places), j’ai donc reçu les places et pu me demander si le voyage allait bien se passer…

Pour le transport, direction Eurolines et le trajet de 8 heures en bus, folklo et expérimental. 80 euros l’aller-retour dans un confort inexistant et de nuit (départ 23h), tout est réuni pour un voyage inoubliable.
Niveau logement, pas de souci, une amie de mon ex nous héberge pour la nuit (c’est déjà ça….).

Nous voilà donc parti à 23h, le jeudi. La route se passe sans encombre, on ne dort que 4 heures en gros et on arrive cassés en deux à Londres à 6h30. Dans trois heures, nous prenons le train pour Reading (qui est une ville en fait ^^), direction alors un petit-déjeuner où je m’assoupis toutes les deux minutes. Je passe sur l’ambiance générale et direction le train qui mettra 30 minutes à arriver à Reading sous une pluie qui tombe déjà… et ça n’arrêtera pas jusqu’à 13 heures.

L’arrivée sur les lieux est impressionnante, on passe par le camping ou des milliers de tentes sont plantées là depuis la veille, le chemin d’herbe n’est déjà plus qu’une longue traversée boueuse, tout le monde a prévu ses bottes sauf nous qui avons des simples petites chaussures (quelle idée j’ai eu de mettre des chaussures en tissu et un pantacourt alors qu’il fait 15 degrès et que la boue règne en maître ?)

30 minutes de marche plus tard, l’entrée du festival ! La pluie redouble, triple, on commence à avoir froid et doucement à regretter. Je tente deux trois blagues pour réchauffer l’atmosphère et il y a de quoi vu que certains n’ont pas froid aux yeux ni ailleurs. Déguisements, mini-shorts, parapluie, torses nus, certains festivaliers sont déjà prêts.

Les portes s’ouvrent, on se réfugie de suite sous la tente d’une scène où Cherri Bomb débute son set. Un rock plutôt énergique pour ses petites américaines qui a un peu réchauffé les festivaliers. On supporte le second groupe assez moyen et on se décide à manger un 1/4Lb Cheeseburger… c’est à dire deux tranches pain un steack et une tranche de fromage…. Une éclaircie arrive, on se promène dans la boue et on attend New Found Glory pour 14 heures. Le set commence, le son est assez inaudible là où on est placé mais la setlist est assez bonne et la reprise de Blitzkrieg Bop des Ramones met le feu. C’est la seconde fois que je les vois après une première partie de Green Day à Bercy je crois bien.

Prochain groupe Rise Against après une incartade dans la scène Republica Stage qui nous endort un peu sauf que j’ai fait la connaissance d’un groupe qu’il faut que je retrouve ! On part quand un groupe totalement punk à la ramasse commence son set, le chanteur fait des speech à base de Fuck en guise de ponctuation et les chansons de 1 minute 30 où le chanteur fait du yaourt m’ont achevé.

Le soleil se repointe après une heure de pluie, la boue a encore gagné du terrain. Je ne vois plus mes chaussures et mon brushing est parti depuis longtemps 😀 Le set de Rise Against commence sous des gros riffs de guitare, bonne ambiance, j’ai découvert ce groupe à Werchter. Assez respecté, ce groupe prône la non violence, est pour la défense des animaux mais fait pourtant du gros rock bien gras !

Après avoir ingurgité des beignets au chocolat, on se repose en attendant The Offspring en allant s’adosser à une affiche qui m’a attiré l’oeil….

Petite sieste réparatrice et direction la « fosse » pour les Offspring, bien entendu, tout le monde pousse, passe devant toi pour finalement rester devant toi…

La bonne idée du festival a été de mettre des musiques d’attente dans la même veine que le groupe qui va faire son entrée. Et là, on s’est fait plaisir !

[youtube=http://www.youtube.com/watch?v=gFz_jCacehs]

Setlist redoutable malgré leur nouveau titre qui sent le réchauffé de Times Like These des Foo Fighters. Première fois que je vois les Offfspring en live, ça fait plaisir même si le groupe n’a aucune intéraction avec le public et que Dexter se fait carrément vieux.

Du bon gros punk, des tubes et un public survolté, du crowd surfing, du pogo, une paire de seins, l’heure passe très bien et nous réchauffe même si le soleil a fait son apparition depuis le milieu de l’après-midi.

On reste dans la fosse pour 30 Seconds To Mars et là une armée d’échelons (les fans du groupe) arrive, enfin surtout celles qu’on appelle Biscuits (oui ce sont surtout des femelles). Elles arrivent en masse, se collent à vous (point plus ou moins désagréable), hurlent, poussent comme si c’était la première fois qu’elles allaient le voir (alors que l’on sait très bien que ce n’est que la 15ème fois en 2 fois).

Bref  le petit Jared arrive et fait son show, une playlist de gala, de festival quoi. Le temps est limité, les singles s’enchaînent mais Jared Leto a le temps d’échanger avec le public et de faire monter des gens comme à l’accoutumée.

Le concert :

[youtube=http://www.youtube.com/watch?v=BbY242q8Pp4]

21h40, on tente de sortir de la foule alors que les fans de My Chemical Romance arrivent en trombe ! Eux aussi sont coriaces ! La nuit est profondement noire, aucune lumière ou presque pour nous guider dans la boue qui a encore gagné des centimètres d’épaisseur.

La sortie est proche, mes chaussures vont me remercier de ne pas s’être perdues dans la boue. Nous rentrons à pied jusqu’au train qui nous ramène à Londres où nous finirons la nuit chez une connaissance.

Un festival folklo mais qui a eu le mérite de proposer autre chose que de la pluie pendant les sessions qui nous intéressaient ! néanmoins vu la somme dépensée entre le voyage et le festival, l’expérience vaut beaucoup moins qu’un Werchter !