Film de Steven Quale (Effets Visuel sur Avatar) avec Tony Todd (les autres Destination Finale) et c’est tout.

On continue la série des DF avec ce cinquième épisode qui reste fidèle au concept : des morts à la pelle jouissives et spectaculaires. Après le premier, classique du genre, le second très fun, un troisième correct et un quatrième très moyen, que nous réserve la mort cette fois ? Un twist !

On a beau dire que c’est toujours pareil, on va quand même voir Destination Finale ! Ecrit par Eric Heisserer  (derrière le soporifique Freddy 2010) et après un quatrième épisode qui avait été le plus grand succès de la franchise, Destination Finale 5 fait revenir la Faucheuse pour un boulot somme toute banale.

On ne va pas s’éterniser sur le film, il est fait du même moule que les précédents, sauf qu’il contient peut-être la scène de catastrophe la plus impressionnante des 5 films ! La destruction du pont est fabuleuse (et en 3D, le vertige est bien présent !) pour une production de ce type.

Les personnages ne sont pas révolutionnaires, on a toujours le couple, le pote, la jolie, la moche, le black, le petit… Les morts s’enchaînent sans vraiment que le film apporte un plus dans la mythologie de la série alors qu’elle en a bien besoin. Tony Todd joue le coroner tout en étant aussi lugubre que dans les précédents films. Un jour, on comprendra son rôle…

On peut quand-même souligner une partie un peu plus « psychologique » quand, pour contourner la mort, les personnages doivent faire un choix judicieux.

Rien de nouveau sous le soleil, reste l’aspect jouissif de voir la mort arriver dans des mises en scène toujours bien foutues.

Le seul intérêt réside dans la conclusion du film. [ATTENTION SPOILERS] Le film se passe en 2000 et le personnage va à Paris dans le vol 180, le même que prennent les héros du premier film… [FIN SPOILERS]

Autrement la 3D est moins fun que pour les deux précédents films, les seuls effets sont dans le générique d’un kitsch presque assumé, dix fois trop long, dix fois trop laid 🙂

En somme, un Destination Finale classique que l’on placera devant le 4 mais derrière les trois premiers.