Film de David Yates avec toute l’équipe 🙂

Après un épisode 7 partie 1 assez fascinant par son parti pris (prendre son temps de raconter quelque chose), la partie 2 arrive et fait tout péter. Est-ce quand même un bon film ? Une bonne conclusion ? Un tire-larmes ?

Je n’ai pas lu les livres donc je ne juge que le produit cinématographique !
(critique sans SPOILERS !)

J’ai apprécié mais sans plus… Il a manqué beaucoup de choses pour en faire un bon HP,  de l’humour (même si l’ambiance ne ‘s’y prêtait pas) et de la caractérisation principalement !

En effet, j’aimais retrouver chaque année et demie, ma petite troupe de sorciers,  les voir grandir et évoluer. Là, le film commence rapidement, c’est la suite directe du précédent. Il n’y a pas de mise en place posée, ce n’est plus le début de l’année « scolaire », les personnages sont déjà dans l’action.

Le souci premier a été que je n’ai ressenti aucune implication de ma part. Les enjeux sont restés flous depuis quelques films, je me demande qui attend quoi pour attaquer en fait. Pourquoi les sorts existants ne servent qu’à allumer des lumières ou bouger des choses, pourquoi un ou deux sorts ne servent qu’à se battre, pourquoi le serpent estl e point faible ? Non là j’avoue que j’étais assez largué. Ceci dit je sais que Voldemort est le grand méchant !

Ces histoires d’artéfacts ne m’ont jamais vraiment intéressé dans les films ou séries, après une bonne partie à présenter un danger, on se rend compte que quelques objets sont indispensables au combat, ça me rappelle Buffy saison 3 où il y a avait des objets qui semblaient importants et qui permettaient de rallonger la quête et de combler le temps.

Bon alors oui, toute cette histoire de reliques, l’épée etc… ne m’ont pas tant passionné que ça mais les scènes étaient très bien faites. Harry Potter est vraiment une sage très bien foutue visuellement. La scène dans le débarras est un plaisir des yeux et les objets qui se démultiplient offrent une séquence qui m’a conquis. Côté réalisation, Yates fait le boulot, il y a suffisamment d’espaces autour des personnages pour admirer l’action, il prend le temps de poser sa caméra et se permet même un plan décolleté d’Hermione fort plaisant.

Côté 3D, rien à signaler, on ressent trop le détachement des personnages par rapport au fond et feinte la composition de l’image. L’impression d’avoir un faux décor et des acteurs sur fond vert est d’autant plus gênante que cela ne donne aucune impression de profondeur ou de relief.

Le film conclue la grande saga cinématographique d’Harry Potter et ses amis, le final n’est pas un summum de climax et le plan final (hors dernière scène) reste assez peu épique.
La dernière séquence aurait pu me tirer des larmes mais j’ai eu raison gardée et j’ai juste apprécié avec un petit sourire mélancolique ce moment, cet appendice qui permet de passer le relais comme il se doit.

Grande saga cinématographique, 8 films inégaux mais terriblement bien fichus. Je reste persuadé que le travail a été bien fait et que le cinéma reste du cinéma et que transposer un livre à 100% est impossible.
Merci Harry !

Expecto Patronum