De Maurice Barthélémy (Les Robin des Bois, Papa) avec Jean-Paul Rouve (Nos Jour Heureux)

On le comparait déjà à Y’a t-il un pilote dans l’avion. Low Cost a un souci, l’humour est comme l’avion du film, il ne décolle pas.

L’histoire est simple : un avion d’une compagnie Low Cost ne décolle pas de Djerba à cause d’un souci. Tous les passagers commencent à se révolter.

Pour avoir vécu ça, je trouve que le film est déjà incohérent, on ne reste pas dans l’avion comme ça ! Cependant pour les besoins du film, on contourne la crédibilité et on fait un huis-clos délirant. D’un coup, on trouve un pilote et on peut décoller. Ah bon ? Le voyagiste fait faillite mais si on trouve un pilote on peut décoller ? Intéressant concept…

Darmon joue un pilote à la retraite, le personnage était intéressant mais il tourne vite en rond et devient transparent pendant la dernière heure.

La panoplie de personnages présentée n’est pas du tout à la hauteur du défi. Certes, ils ont leur particularité mais elle n’est jamais utilisé à bon escient et ralentit le métrage plutôt que de le transcender. Si Jean Paul Rouve joue bien le névrosé, le reste du casting est en deçà des espérances. Judith Godrèche est carrément dix pieds sous terre de son (pseudo) talent en jouant toujours faux chaque réplique. Darmon cabotine et peine à faire décrocher un sourire tellement on le sent préparer ses blagues à l’avance.

Le délire tourne peu à peu en une histoire improbable avec atterrissage sur des territoires tenus par une milice armée. Des bribes de scénario sont laissées ça et là (le rat par exemple), les personnages sont laissés en roue libre et rien ne vient donner de la consistance à l’ensemble.

Rouve et le nain sont le running gag du film et c’est plutôt drôle. On joue sur l’absurde mais la blague peine à être renouvelée et le personnage n’est même plus fidèle à ce qu’il était au début.

Low Cost oscille entre la parodie ou la franche comédie absurde mais l’humour vole bas, ce n’est ni du Robin Des Bois, ni autre chose. C’est un film qui aurait pu être très réussi si le script savait trouver un bon rythme et si Barthélémy savait retranscrire les blagues écrites.