Voici des reviews rapides des films que je me suis infligés ces derniers jours. Au programme, un film oscarisé, un film méconnu, une curiosité et deux bouses.

Un Homme D’exception de Ron Howard avec Russel Crowe et Jennifer Connelly

Bon déjà le casting ne m’attirait guère et le sujet encore moins. Mais j’avais lu le twist final et je me suis dit : allez tentons !
En fait le twist n’en est pas un et surtout il intervient au milieu du film ! La première partie est fabuleuse, Russel Crowe est impressionnant dans le rôle de John Nash, croisement entre Forrest Gump et Sheldon Cooper (Big Bang Theory) et Jennifer Connelly a la grâce intemporelle d’Angelina Jolie dans ses meilleurs rôles dramatiques. Aprés 45 minutes, le film s’enlise dans une histoire de complot qui désincarne les personnages. C’est clairement moins passionnant qu’un John Nash qui tente de tout calculer.
Aprés une grosse partie conspirationniste, le film s’embarque dans une chronique à la Gump ou Button, le temps s’allonge avec des ellipses invisibles. On se retrouve avec un John Nash avec trente ans de plus, le maquillage est fabuleux (oscar gagné d’ailleurs) et le film prend une tournure dramaturgique intéressante. Le personnage devient attachant, l’histoire devient vraiment fabuleuse dans le vrai sens du terme. C’est clairement un film à Oscar et on ne s’y trompe pas.
Un film qui n’est pas un chef d’oeuvre mais ce morceau de vie du personnage est une histoire à découvrir, d’autant que c’est tiré d’une histoire vraie.

He Was a Quiet Man avec Christian Slater et Elisha Cuthbert

Petit film mais grands effets, l’histoire est assez atypique. Bob est un employé de bureau au job de merde et au boss de merde également. IL n’a qu’une envie : flinguer tout le monde, seulement voilà, un collègue fait le premier pas et Bob est bien con sur le coup, alors il tue son collègue à son tour. Elevé au rang de héros, il gagne aussi la sympathie de Vanessa, jolie secrétaire qui a reçu une balle mal placée. Paralysée, elle se lie d’amitié et même plus avec Bob. S’en suit une histoire sur le drame humain, psychologique, la honte, le mépris bref l’être humain ! raconté comme ça, le film n’est pas intéressant mais si on ajoute que Bob parle à son poisson rouge (qui parle aussi), qu’il s’imagine faire exploser son entreprise à chaque pose déjeuner et que Christian Slater est méconnaissable, He Was a Quiet Man est un petit joyau. La réalisation est très ingénieuse et on ne s’ennuie pas le moindre instant. Elisha Cuthbert est à son désavantage mais s’en sort plutôt bien et c’est aussi par le casting que le film arrive à s’en sortir. C’est le prototype du film indépendant inventif.

 

Tucker and Dale vs Evil

La bande annonce était surprenante. Le film se moquait ouvertement des films d’horreur et parodiait intelligemment l’ambiance pesante de ce genre de films. On se retrouve donc avec aucun méchant mais plutôt des idiots de jeunes qui pensent que les rednecks qui sont dans le bois sont des tueurs. Jouissif les 40 premières minutes, le reste du film est un peu plus bateau mais joue quand même sur le double-jeun, vrais/faux gentils, vengeance ridicule, prétextes fallacieux. Tyler Labine (Reaper, Mad Love) est excellent comme d’habitude et devient presque l’attraction du film. A voir en curiosité !

[youtube=http://www.youtube.com/watch?v=z4wFtTj0-k4]

Bachelor Vegas Party et Beefest de et avec Onse Entape.

Des teens movies à la con en veux-tu en voilà. Beerfest met plutôt en scène des trentenaires mais le principe est le même : la fête, des nanas, de la bière et zéro scénar’. Bachelor est même le pire teen-movie que j’ai vu (de toute façon, il y a Kal Penn c’était couru d’avance), aucune scène n’est drôle, bien joué, ou bien écrite. Ca se veut raconter un super road trip à Vegas et c’est d’un niveau ultra plat… Beerfest est un peu plus recherché mais fait l’apologie de la fête de la bière et se moque des allemands… voilà voilà 🙂 Du film Oscarisable hein ?