Série de David Caspe avec Elisha Cuthbert (24, Girl Next Door), Eliza Coupe (Scrubs) et Damon Wayans Jr. (frère et fils de)

Alors que je ne donnais pas cher de cette série, lui préfèrant Traffic Light, j’ai retourné ma veste et regardé les 6 premiers épisodes de la série qui a su manier tous les genres d’humour avec brio et fraîcheur.

Le pitch est simple : 6 amis à Chicago.
Mais le point de départ a un brin d’originalité. Alex et Dave vont se marier mais l’ex d’Alex (Elisha Cuthbert) débarque et s’enfuit avec elle. Ca commence donc plutôt mal mais ce n’est que le point de départ d’une série finalement assez classique puisqu’Alex revient et refait partie du groupe d’amis. Il y a le couple, le gay, la célibattante pas si battante et les exs, des personnages classiques en somme.

Ca ne vous donne pas envie ? Bon eh bien en fait la série est drôle ! Et ça, ce n’est pas donné à tout le monde, les personnages sont assez délirants pour passer un bon moment, l’humour peut-être gras, lourd, répétitif, fin, cynique… l’humour sonne juste ! On est vraiment devant une bande de potes, ça se ressent dans la fluidité des dialogues et des scènes. L’alchimie entre les acteurs fonctionnent plutôt pas mal et Elisha Cuthbert a sa place dans la comédie même si son personnage est finalement le moins intéressant.

Le format 20 minutes, sans rires, dans des décors réalistes font que Happy Endings a tout pour plaire. dans l’épisode 2, un personnage est de passage, il est le prototype même du gay mais ses interventions sont très drôles, voici ses scènes, si vous ne rigolez pas alors passez votre chemin, l’humour est quelque fois cliché également 😉

[youtube=http://www.youtube.com/watch?v=sXXtP7uTX0w]

Les personnages ont un petit brin geek (pop-culturellement atteints donc) qui permet d’être dans l’air du temps. Le tout servi par une troupe qui s’entend bien, Happy Endings a tout pour plaire. Malgré des audiences déclinantes, la série a été renouvelée pour une saison 2 !