Ca y est. Michael Scott s’en va. Que nous sert la série ? Du rire, des larmes, de l’émotion, de la honte ?

Suspens

Disons-le, le départ n’est pas mémorable mais il a le mérite d’être totalement cohérent avec le personnage et la série. Michael décide de partir plus tôt que prévu mais il n’a pas le courage de l’annoncer à l’équipe. Alors pour son dernier jour, il a jusqu’à 16 heures,  pour dire au-revoir à chacun, sauce Michael Scott bien-sûr.

Pour cet épisode, DeAngelo est mis à l’écart, on lui trouve une addiction au sucre et on lui met Andy pour une petite séquence de vente assez moyenne. Le personnage n’a pas du tout trouvé sa place dans cet épisode. Il aurait pu tenter de forcer l’équipe à être joyeux pour le départ du boss ou s’imposer lourdement mais non. Dommage.

Michael a donc sa petite liste des noms des employés et raye à chaque adieu. Il offre diverses choses à certains ou passent du temps avec d’autres pour leur faire plaisir, du moins le croit-il. Quand Pam s’absente pour le travail, Michael est bien embêté ! Jim remarque la supercherie et dans une scène incroyable, demande à Michael la vérité. Les deux acteurs/personnages sont fabuleux dans cette scène d’adieu.

Il n’y a pas vraiment de moments de comédie mais de mélancolie. Pas de nostalgie, de réglements de compte, de gags, tout est en mélancolie. Michael s’en va donc plus tôt que prévu sans avoir pu dire au-revoir à Pam. Il rejoint l’aéroport et nous offre une dernière confrontation face caméra.

Le concept de la série n’a jamais été totalement convaincant dans les saisons suivant la première car le montage et le champ/contre-champ était de plus en plus présent et incohérent avec le concept de documentaire. D’ailleurs dans la scène d’ouverture, il y a au moins 3 caméras avec que Michael est sur le toit. impossible. La scène est d’ailleurs assez drôle et montre encore que Dwight en a gros sur le coeur. Il reçoit pourtant une lettre de recommandation qui montrera Dwight sous un autre jour : il est ému. La scène est presque poignante.

Revenons à Michael qui joue avec le concept de la série en disant : « vous me direz si ça passe un jour à la télé ? » Joli. Il enlève le micro qu’il a dans sa veste rendant le principe du documentaire fusionnel avec la série avec le « vrai » départ de l’acteur.

"This is gonna feel so good getting this thing off my chest.
That's what she said."

Ca aurait été bête de ne pas avoir un dernier « That’s What She Said » ! Il s’éloigne de la caméra mais Pam le rejoint, pieds nus et le sert dans ses bras. Ils discutent mais nous n’entendons plus rien. La scène est belle. Il a accompli sa mission.

Le reste de l’épisode tourne un peu autour de Gabe et de sa vengeance tente de reconquérir Erin. La scène entre Erin et Michael est d’ailleurs assez bien fichue, Erin parvenant à devenir presque moins bête que d’habitude et touchante.

L’épisode ne se termine pas sur Michael mais sur la fête d’adieu au bureau et tout le monde qui attend Michael. DeAngelo est impatient et mange le gâteau devant les yeux médusés de Dwight et Jim qui se demandent dans quel monde ils vont évoluer maintenant.

Merci pour ces 7 saisons de pur plaisir, tu vas nous manquer Michael « Prison Mike / Michael Scarn / Ping / Date Mike / etc » Scott. La télévision perd un de ses figures majeures ! Et merde à la France qui ne te connaîtra peut-être jamais à ta juste valeur.