Les arcs narratifs de la série ont toujours été développés avec souci depuis deux voire trois saisons. Scion se concentre sur le clone de Lex, Alexander, Conner. Oui le Conner des comics ! Superboy quoi.

L’histoire des clones de Lex était une idée franchement intéressante. Entraperçu dans le premier épisode de la saison 10 avec les laboratoires Cadmus, le dernier clone nous rappelait que les scénaristes avaient derrière la tête l’idée de ramener Lex Luthor pour la fin de la saison.
L’idée était encore intéressante quand on savait le clone atteint de croissance ultra-rapide ce qui soulignait encore plus le désir de voir ressurgir un Lex adulte.
Je ne sais pas si les scénaristes ont décidé de passer à autre chose quand ils allaient être sûrs de la décision de Michaël Rosenbaum mais voilà que ce clone développe des pouvoirs comme Clark et qu’il n’est plus roux mais brun… La photo promo de Scion sortie, les fans étaient dubitatifs. Conner faisait son apparition dans la série. Fini le clone de Lex, place à l’enfant illégitime de Lex et Clark, place à Superboy, le seul gros élément de l’univers Superman à ne pas avoir été traité.

Les dix premières minutes auraient pu se passer durant la saison 4. Je m’explique.
Tess attend Clark à la ferme, le sourire aux lèvres, une tasse à la main, open bar et open farm. Le personnage de Tess est assez aléatoire, un coup gentille, un coup méchante, aucune méfiance vis-à-vis d’elle, l’univers de Smallville n’est jamais blanc ou noir, on passe aisément boire un verre chez Lionel Luthor ou discuter avec Darkseid… Elle annonce que Conner partage l’ADN de Clark. La scène, racontée comme ça, n’a rien d’extraordinaire mais c’est simplement dans le ton employé par Tess et la petite musique joyeusement comique qui renvoie cette scène 6 saisons en arrière là où la légèreté était de mise.

Je prendrais mal le fait d’avoir un clone partageant mon ADN si en plus je suis un surhomme ! Clark le prend plutôt bien. Même si le fait d’avoir un être identique à lui lui permet de ne plus se sentir seul, de l’eau a coulé sous les ponts et Clark a assumé son côté unique.
Il rappelle pourtant à Lois que cela lui rappelle ses jeunes années mais on ne va pas faire de psychologie et de nostalgie dans Smallville, ça n’a jamais été leur fort, hélas.