Cet épisode fait parti des essais ratés comme il y en a trop dans cette saison 2.


Pierce est à l’hôpital après avoir abusé de médicaments. Sur son lit de mort (ce qu’il fait croire), il convoque les autres membres du groupe pour leur faire un leg, le tout sous les caméras d’Abed et ses collègues vidéastes.

Cela aurait pu permettre de redorer le blason de Pierce, personnage assez antipathique, à la côte d’affection branlante et permettre à Abed de nous faire part de son talent d’homme-méta !

Là non, déjà le concept du documentaire est totalement annihilé par les erreurs de débutants, les multiples caméras devraient apparaître au détour des plans mais rien de ça. Les champs/contre-champs révèlent la supercherie. Il a eu plusieurs prises avec une seule caméra.

Quand on repère le stratagème, l’épisode perd de son charme. Ensuite la partie Pierce est assez joliment écrite, chacun y va de son étude de caractère avec le leg particulier que Pierce fait. Shirley a un CD où il y aurait un enregistrement du groupe disant du mal d’elle, Britta a un chèque de 10.000 dollars sur lequel il n’y a pas d’ordre, Jeff retrouverait son père, Annie a une couronne et Troy rencontre Levar Burton (acteur de Star Trek) son idole.

Si Troy reste muet face à son idole, Britta se prend la tête de quoi faire avec ce chèque, Jeff a la meilleure partie de l’épisode. Doit-il croire Pierce ?

L’épisode se termine par la révélation du mensonge de Pierce. Il n’est pas mourant mais voulait faire tout ça pour qu’enfin il existe aux yeux des ordres, mais cela a eu l’effet inverse puisqu’ils ne pourront plus le prendre au sérieux désormais.

En gros, cet épisode permet aux auteurs d’utiliser Pierce et de finalement se rendre compte que ce personnage a un blocage quelque part. L’épisode se perd donc dans son propre piège. Finalement, encore une fois, on pourrait presque penser que tout ça était fait exprès. L’intelligence Community a encore frappé jusqu’au jour où on y croira plus.