De Dany Boon, avec lui-même et Benoit Poelvoorde.

 

Ce film était très attendu pour une seule et unique raison : le nouveau film de Dany Boon après l’ultra-succès de Bienvenue chez les Ch’tis.


Au final, il reste quoi ? Une comédie très honnête avec un casting de têtes dont le choix logique de Benoit Poelvoorde en tant qu’agent de douane belge. C’est assez bien réalisé, d’ailleurs Boon se permet un plan séquence assez inutile au début du film qui a dû couter pas mal d’argent, écrit correctement, l’histoire suit agrablement son cours et les sous hsitoires s’emboîtent plutôt pas mal, mais c’est mal joué. Etrangement, ce mal français de jouer le texte plutôt que le rôle est flagrant, au moins dans la première moitié du film. Ce n’est pas faute de faire dans la gravité avec le personnage de Poelvoorde (on y reviendra) mais hors grosses scènes de comédie, les acteurs s’en sortent avec peu d’honneur.
Les gags jouent le plus souvent sur les engueulades Belge/Français, un peu sur la connerie du personnage de François Damiens (surestimé) et trop peu sur l’excellent Laurent Gamelon.
A un moment du film, le personnage de Benoit Poelvoorde, ultra raciste, tire sur un malfrat, s’en suit le regard désaprobateur du personnage de Dany Boon. Ce court instant exprime beaucoup sur la gravité de ce personnage qui aurait pû aller très loin. Peut-être un point intéressant à soulever dans cette comédie dans l’ensemble très légère et efficace pour le grand public !
De là à savoir si le film aurait été mieux accueilli  si les Ch’tis n’avaient pas exsité, il n’y a qu’un pas mais ce film reste une comédie un cran au-dessus de la plupart des productions actuelles françaises.